Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 décembre 2012 1 03 /12 /décembre /2012 23:29

Les ventes automobiles françaises vont mal, très mal même. Pendant ce temps, aux USA, tout va pour le mieux. Les ventes automobiles ont en effet le vent en poupe de l' autre côté de l' atlantique. Au total, ce sont en effet plus de 15 millions de véhicules qui ont été vendus en données annualisées aux USA, soit le chiffre le plus élevé depuis février 2008. En données mensuelles, le mois de novembre s' offre un joli bon de + 15 % pendant qu' en France on rétrograde de 19 %... Décembre s' annonce tout aussi bon. Tous les voyants sont donc au vert, surtout que l' ouragan Sandy est quand même passé par là... Enfin, petit détail croustillant : le fameux pick-up FORD F-150 a vu ses ventes bondir de pas moins de... 17 %, ce qui en dit long... 

FORD.jpg

www.zone-trading.com 

Repost 0
Published by zone-trading - dans ECONOMIE
commenter cet article
18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 22:22

La pression à l' endroit de la Suisse en matière d' évasion fiscale ne date pas d' hier. L' Allemagne est les USA notamment ont cependant mis les bouchées doubles au fil des derniers mois. UBS, première banque suisse, s' attend à de " copieux " retraits au cours des prochains mois. Tout ceci devrait coûter au moins 10 milliards de francs suisses à cette dernière, et peut être jusqu' à près de 30 de ces mêmes milliards. Pour l' ensemble des banques suisses l' ardoise a toutes les chances d' êtres salées avec un manque à gagner de plusieurs centaines de milliards de francs suisses. Le marché de la gestion de fortune en Suisse a donc du plomb dans l' aile. La croissance s' annonce morose au cours des prochaines années. Une chose est sûre : plus rien ne sera comme avant. Pour les " petits clients " la Suisse sera donc beaucoup moins intéressante, pour ne pas dire plus intéressante du tout. Le fameux secret bancaire suisse a fondu comme chocolat au soleil il faut bien le savoir. Les différents accords signés avec les voisins de la Suisse pour lutter contre l' évasion fiscale sont désormais effectifs et n' inciteront plus les riches clients à se ressourcer en Suisse. Direction Singapour ou Hong-Kong notamment à présent. Reste que les banques suisses ne sont pas totalement folles et qu' elles ont déjà assuré leurs arrières depuis un moment en renforçant leur présence respective hors de la Suisse. Elles misent désormais sur Singapour, Hong-Kong justement, ou bien encore la Chine, Taîwan ou même le Japon, et l' Europe bien entendu. Au final, rien ne changera vraiment. Juste une question de destination différente, mais avec presque le même numéro de compte à l' arrivée. Un obstacle peut en effet toujours être détourné...

geneve-ain-haute-savoie-budget.jpg

 

www.zone-trading.com

Repost 0
Published by zone-trading - dans ECONOMIE
commenter cet article
18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 21:47

La nouvelle du 12 septembre dernier a fait l' effet d' une bombe. Le titre a d' ailleurs encore essuyer les plâtres le lendemain en abandonnant plus de 10 %, soit près de 16 % sur deux séances. Le géant EADS annonçait de drôles de fiançailles avec BAE Systems. Pour ceux qui auraient manqué quelques cours du soir, BAE Systems est un groupe de défense britannique. En s' unissant ensemble EADS donnerait naissance à un sacré groupe. Il deviendrait ainsi le leader en matière d' aéronautique, de défense et d' espace fort d' un chiffre d' affaires collossal de pas moins de 73 milliards de nous bons " vieux " euros. De belles fiançailles pour les dirigeants respectifs des deux groupes, même si tout ne sera pas aussi simple. L' organisation de ces dernières s' annoncent en effet délicates à plus d' un titre. La dégringolade d' EADS ces derniers jours en est d' ailleurs la " meilleure " illustration. Les actionnaires font en effet plutôt la " gueule " à l' heure actuelle. Le mariage des deux groupes n' est en effet pas sans conséquences, et promet, d' ores et déjà, pas mal de chamboulements au sein de la gouvernances d' EADS, sans compter qu' il serait également déstabilisant pour l' équilibre même du secteur. Il va falloir dans un premier temps convaincre tout le monde : les actionnaires bien évidemment, mais aussi les Etats français, allemand, mais aussi britannique et même les USA. Autant dire que les noces ne vont probablement, dans un premier temps tout du moins, pas être aussi joyeuses que l' on pourrait le penser.

 

Sur le papier pourtant, tout est beau. Selon le plan prévu, EADS détiendrait 60 % de la nouvelle entité. Cela constituerait donc un sacré avantage pour EADS qui dépasserait ainsi BOEING, le numéro un mondial actuel, en faisant décoller son chiffre d' affaires de manière flagrante. Pour la petite histoire il faut savoir que BAE est un des principaux fournisseurs du... Pentagone, ce qui ne gâche donc rien au passage. Reste que tout n' est pas aussi simple, justement. BAE se bat depuis des années pour parvenir à décrocher les marchés de Pentagone. Pas sûr que cela aussi simple avec la venue d' EADS. Ce pourrait même être tout le contraire. Quant aux autres acteurs du marché, tels DASSAULT et THALES, il y a fort à parier qu' ils pourraient en sortir fragilisés.

 

Bref, tout est loin d' être clair et on comprend donc mieux pourquoi le titre a tant décroché lors des dernières séances. Les actionnaires sont plutôt inquiets, et, pour l' heure, on peut aisément les comprendre...

EADS.png

 

www.zone-trading.com

Repost 0
Published by zone-trading - dans ECONOMIE
commenter cet article
2 juillet 2012 1 02 /07 /juillet /2012 21:56

4-0 : c' est le score infligé à l' Italie par l' Espagne hier soir. Sur la planète " foot " il n' y a donc pas photo. L' Espagne reste la grande gagnante. Au niveau de la crise de la zone euro, l' Espagne sort également gagnante, mais l' Italie n' est pas en reste. On peut en effet considérer qu' elle s' en sort bien mieux que sur le terrain. A l' arraché, l' Italie et l' Espagne ont en effet réussi un petit exploit à Bruxelles. Les deux pays, pas franchement en bonne santé depuis quelques temps, notamment, et surtout l' Espagne, sont en effet parvenus à bloquer l' adoption du pacte de croissance en obtenant de sérieuses mesures d' urgence de la part de leurs partenaires de la zone euro lors du dernier sommet européen. Le " chantage " a finalement assez bien fonctionné. Un nouveau mécanisme permettant une recapitalisaton directe des banques a été mis en place, non sans certaines conditions, bien évidemment. La banque centrale européenne y jouera évidemment, une fois n' est pas coutume, son rôle. L' Espagne devrait donc éviter la banqueroute après avoir recapitaliser ses banques. Le pays avait encore crié au secours en début de semaine dernière en demandant une énième rallonge de... 62 milliards d' euros. Une paille. La zone euro se dit également prête à faire preuve d' une certaine " bienveillance " à l' endroit des fonds de secours, et ce, bien évidemment, afin de rassurer les marchés... Toujours la même histoire en somme. Le but étant également de retrouve une certaine stabilité en ce concerne les obligations souveraines des bonnes vieilles brebis galeuses de la zone euro. Il s' agirait d' acheter des dettes pourries des pays tout aussi pourris de la zone euro. L' Italie a notamment fait stipuler que des mécanismes de stabilité soient effectifs pour les pays qui font des " efforts ", en respectant les recommandations faites à leur endroit, mais qui éprouvent tout de même certaines difficultés à se financer sur les marchés financiers en raison de taux devenus de plus en plus prohibitifs au fil du temps. Mario monti s' est notamment réjouit de cet accord à l' arraché en avouant que c' était loin d' être gagné au départ. Au final, c' est donc l' Allemagne qui a plus ou moins " capitulé ". Il faut dire qu' elle n' avait finalement plus vraiment le choix. La crise de la zone euro euro est donc terminée ? A vrai dire, c' est quand même un peu plus compliqué que cela, et il y a donc fort à parier qu' il s' agit, une fois encore, que d' un énième répit, avant de " dégueuler " à nouveau. A suivre de près en tout cas...

ITA.jpg

 

www.zone-trading.com

Repost 0
Published by zone-trading - dans ECONOMIE
commenter cet article
18 mai 2012 5 18 /05 /mai /2012 10:14

" T' es sur facebook ? ". Cette question au moins aussi débile, voir même largement plus en fait, que le " t' es où " du téléphone mobile, on a sûrement dû déjà vous la poser au cours des derniers mois. Si ce n' est pas le cas, rassurez vous, cette question tombera tôt ou tard. Et attention à la réponse. Vous avez en effet tout intérêt à y être préparé, et autant dire qu' il sera préférable pour vous de répondre avec un grand OUI, si possible accompagné d' un enthousiasmant : " C' est génial !!! ". Dans le cas contraire, vous serez immédiatement, et sans le moindre appel, catalogué comme étant le plus RINGARD qui soit. Votre vie ne sera alors plus. En 2012 il faut en effet ABSOLUMENT être sur FACEBOOK, même si personne n' est véritablement capable de dire pourquoi. Toute une génération de débiles a donc désormais envahi la toile, suivi par toutes les autres générations qui ne veulent surtout pas passer pour des hasbeens. On vous le dit et répète, FACEBOOK c' est tout simplement génial. On y dévoile son intimité en s' étonnant par la suite, avec stupéfaction, que tout le monde y a finalement accès. La photo du petit dernier se balade donc sur la toile sans savoir quel en est l' intérêt. On y donne aussi rendez-vous à d' autres crétins pour une boum chez mémé prévue avec dix invités au départ et 3000 à l' arrivée, alors qu' il paraît tout de même plus simple de décrocher son téléphone pour appeler ses potes. C' est le progrès on vous dit. Le progrès a tout de même une drôle de gueule parfois, convenons en, surtout quand on voit la tronche des accros à FACEBOOK. Des geeks à l' image du PDG de FACEBOOK qui ressemble à s' y méprendre à n' importe quel étudiant mal dégrossi évoluant tant bien que mal en colocation. Mais ne vous y trompez pas, sous ses airs d' étudiant un rien boutonneux, Mark Zuckerberg, PDG du groupe, a de la suite dans les idées. Le but final étant en effet MERCANTILE. Il s' agit en effet de faire des dollars. Un maximum de dollars. Facebook va donc changer de statut. Le réseau " social " ( un bien grand mot ), s' introduit donc ce vendredi sur le Nasdaq, en signant par la même la plus grosse entrée en Bourse pour une valeur " internet " avec à la clé une valorisation qui devrait être supérieure à plus de 100 milliards de dollars. Du lourd donc. Du très lourd même. L' entrée s' annonce fracassante pour Facebook. Huit ans après son lancement dans une chambre " crado " d' étudiants d' Harvard sera donc probablement la plus importante entrée en Bourse du marché américain. 421 millions d' actions au prix de 38 dollars pièce seront donc mis sur le marché. L' histoire dit déjà qu' on s' y bouscule, et qu' il n' en aurait donc pas pour tout le monde. Notre " geek " des temps modernes, âgé de 28 ans, sera bien entendu au siège de Facebook pour fêter l' évènement comme il se doit.

 

Reste donc à savoir ce que vaut vraiment FACEBOOK à terme. Les mauvaises langues disent pas grand-chose. Le groupe ne serait qu' une coquille vide au potentiel assez limité. Le site aux plus de 900 millions d' utilisateurs a en effet quelques boulets aux pieds. La croissance du groupe étant en effet, dans l' absolu, loin d' être phénoménale, même si elle a encore atteint 45 % au premier trimestre. A noter que beaucoup d' utilisateurs sont des mobinautes, entendez par là, des crétins évoluant dans la rue, et que dans ces conditions, il est difficile d' avoir une couverture publicitaire éfficace par le biais d' appareils mobiles. Surtout que sur les 900 millions d' utilisateurs il y a quand même un maximum de demeurés au pouvoir d' achat peu conséquent. D' un point de vu financier, FACEBOOK n' est donc pas encore la panacée. Mais bon, au stade actuel, FACEBOOK reste incontournable. Personne ne peut le nier. En attendant, MARK ZUCKERBERG n' a pas trop de soucis à se faire. Il a en effet toutes les chances de grimper encore dans la liste des milliardaires avec sa part de près de 20 % dans la société. En attendant, le jour de gloire est arrivé !

 

facebook

www.zone-trading.com

Repost 0
Published by zone-trading - dans ECONOMIE
commenter cet article
14 avril 2012 6 14 /04 /avril /2012 10:55

L' homme est mou du genou, et probablement d' ailleurs ( même si sur ce dernier point, cela ne nous regarde finalement pas ). Il ne ressemble à pas grand-chose, c' est un fait. Pour tout dire, il est même aussi charismatique qu' un... arrêt de bus. Bref, il n' a donc rien pour plaire. Sur le papier tout du moins. Les milieux financiers l' attendent cependant avec impatience, et une certaine joie de moins en moins dissimulée. Etrange paradoxe tout de même. C' est en effet SARKOZY qui devrait avoir les faveurs du monde financier. Il est de droite après tout. SARKOZY a pourtant tout fait pour se " griller " totalement à l' endroit des marchés. Plus personne ne l' aime. Le FT ne s' en ai d' ailleurs pas caché après la dernière sortie de SARKOZY à l' égard de la Finance. A vouloir faire de la politique en utilisant les ficelles les plus " merdiques " de la démagogie de bas étages, cela devait arriver. Tout cela pour satisfaire ce brave peuple français composé de demeurés ne comprenant pas grand-chose à l' économie en général, et strictement rien à la Finance et aux marchés en particulier. Les paradis fiscaux c' est fini, dixit l' illustre SARKOZY. Ils sont de plus en plus efficaces. Raté. Il fallait aussi mettre un frein aux fameux bonus des Traders. Raté, une fois encore. Il fallait réguler les marchés. Raté, encore et toujours. SARKOZY n' aura donc brassé que du vent pendant 5 ans. Il aura parlé, le plus souvent pour ne rien dire. Il fallait gagner du temps en espérant au miracle économique. La crise est pourtant toujours là. La France a perdu son Triple A. Le miracle n' a donc pas eu lieu. Les bras de SARKOZY n' étaient pas assez gros. Ils n' ont impressionné personne, et surtout pas le monde de la Finance qui ne craint personne. Le " mou " du genou a donc tout pour plaire. Il ne parviendra pas à " dresser " les marchés, même s' il faut bien qu' il fasse un peu le malin. En ouvrant sa ( bien trop ) grande " gueule ", SARKOZY n' aura donc rien réussi. Quand on est endetté, la moindre des choses étant en effet de pas trop la ramener auprès de son banquier. Il est même conseillé de faire tout le contraire, à savoir une bonne " grosse lèche " afin d' éviter les ennuis. Mais l' égo démesuré du locataire actuel de l' Elysée ne le permettait absolument pas. Hollande Président, c' est donc tout simplement du pain bénit pour la Finance. La gauche attendue avec joie par la Finance, cela a tout de même un côté assez comique. C' est le monde à l' envers. Hollande l' ouvrira moins. Il sera même à la botte de la Finance, comme l' a été SARKOZY. Dans l' état actuel de la France, il y aura tout intérêt. Et à la différence de SARKOZY, il le sait. De temps en temps, il versera évidemment dans la politique en ouvrant un peu sa " gueule ", mais comme elle est beaucoup moins grande que celle de SARKOZY, cela n' ira évidemment pas bien loin. Hollande aura tout intérêt à ne pas adopter la stratégie de SARKOZY s' il veut faire devenir copain comme cochon avec les Financiers. A terme, ce ne pourra en effet qu' être que bénéfique pour la France. Alors bien sûr, Hollande va se faire quelquepeu " bizuté " par les marchés après son élection, mais, s' il est raisonnable, tout devrait très bien se passer par la suite. Et avec la chance qu' à la gauche, il n' est pas improbable que le vent de la conjoncture économique finisse par tourner, comme quand l' autre mou du genou qu' était Jospin est arrivé. SARKOZY ne faisait pas peur au monde financier, mais il nous faisait sérieusement " chier ", et gâchait même un peu notre plaisir. Hollande ne nous fera pas peur non plus, bien au contraire, et surtout, il ne nous fera pas " chier " à longueurs de déclarations démagogiques. Il apprendra à être faire profil bas auprès des marchés comme aurait dû le faire SARKOZY. Ne vous y trompez cependant pas, la Finance n' est pas en admiration devant HOLLANDE, loin s' en faut, mais elle sait que ce dernier est beaucoup plus " raisonnable " que ne l' a jamais été son prédécesseur. On voit en effet mal à présent comment le pauvre SARKOZY pourrait s' en sortir. Vous verrez, Hollande Président, ce sera du pain bénit pour la Finance, les paradis fiscaux, et même peut-être, à terme, pour la France... Si, si...

www.zone-trading.com

 

Repost 0
Published by zone-trading - dans ECONOMIE
commenter cet article
31 janvier 2012 2 31 /01 /janvier /2012 21:09

Que les temps sont durs. Hé oui ma brave dame, c' est la crise. Et s' il y a bien un secteur qui est significatif à cet endroit, c' est bien l' automobile. Rien ne va plus donc. Les ventes s' écroulent. Les constructeurs français boivent à nouveau la tasse. " On " croyait pourtant la crise derrière nous. Il n' en est rien. En ce premier mois de l' année, il s' est vendu 120 000 véhicules contre plus de 164 000 durant la même période de l" année dernière, soit une baisse de plus de 25 %, 27 % pour être plus précis. C' est beaucoup, beaucoup trop même. Sans véritable surprise, les marques françaises sont plus qu' " à la ramasse ". RENAULT affiche en effet un recul de... 45 % ! Du " lourd " donc, du très " lourd " même. PEUGEOT n' est évidemment pas la fête non plus en affichant également un sacré repli de 37 %.  Même les grosses " daubasses " comme DACIA font grise mine, avec un recul de 18 % pour la " roumaine " de RENAULT. Du côté des marques étrangères, le miracle n' a également pas eu lieu, avec même une " casquette " de 60 % pour OPEL, suivi de FIAT à moins 50 %. Ce n' est donc pas la joie, même si 2012 n' est pas vraiment comparable à 2011 dans le sens où le marché avait été particulièrement dopé par la crime à la casse l' année dernière. Comme quoi il n' est jamais bien bon d' avoir recours à des béquilles artificielles à terme. Le malade finissant par se rétamer en beauté par la suite. En tout cas, ce n' est donc pas avec l' automobile que l' on risque de faire repartir la croissance cette année. On se demande d' ailleurs bien avec quoi. Tout va donc très bien dans le meilleur des mondes...

LLLLLL

 

www.zone-trading.com

 

Repost 0
Published by zone-trading - dans ECONOMIE
commenter cet article
8 décembre 2011 4 08 /12 /décembre /2011 21:31

Le CAC termine donc à moins de 3100 pts, 3095.49 pts exactement. Par rapport au plus haut en séance situé à hauteur des 3215 pts, le CAC a donc abandonné plus de 120 pts. C' est beaucoup. Les délires théoriques consistant à appliquer une meilleur convergence au niveau du budget et de la fiscalité des pays de la zone euro qui doivent être confirmés demain, n' ont pas vraiment fait l' effet escompté. C' était en effet sans compter sur l' intervention de la BCE, qui par le biais de Draghi a plutôt douché les marchés. Les choses avaient pourtant pas trop mal débutés puisque la BCE à annoncer la mise en place d' opérations de refinancement au terme de 2 ou 3 ans à l' endroit des banques. Mais quelques minutes plus tard, toujours lors de la même conférence de presse, Draghi n' a pas vraiment dragué les marchés. Il a en effet affirmé que la BCE prohibait toute monétisation de la dette. Il s' agit donc de respecter le traité originel, n' en déplaise à certains. Suivez mon regard... Toutes les petites " magouilles " destinées à contourner les règles de la BCE sont à proscrire, et cette dernière s' y opposera farouchement avec l' approbation de l' Allemagne bien entendu. Les " rumeurs " des derniers jours, démenties par l' Allemagne, mais jamais par la... France, ne correspondaient donc qu' à un bon " gros délire ". Ce petit " cinéma " destiné à exciter les marchés actions notamment ont assez bien fonctionné, avant que la douche froide ne fasse de nouveau son effet en ce jeudi. On remarquera au passage que les " cambistes " n' ont jamais été vraiment dupes de ce genre d' artifices. On en veut notamment pour preuve l' absence assez flagrante de volatilité de l' euro depuis plusieurs jours. Au final, on redonne donc dans le " comique " de bas étages. Le pauvre SARKOZY a encore du souci à se faire. Quant à MERKEL, finalement, elle jubile...

 

www.zone-trading.com

 

Repost 0
Published by zone-trading - dans ECONOMIE
commenter cet article
2 novembre 2011 3 02 /11 /novembre /2011 14:21

La crise grecque était difficile à comprendre, mais avec la " surprise " du référendum, c' est à n' y rien comprendre. Tentons donc d' y voir un peu plus clair. Papandréou a donc annoncé de manière assez surprenante il est vrai, un référendum à son peuple de " demeurés ". Cette accord a créé la panique sur les marchés, mais aussi chez... SARKOZY qui fanfaronnait déjà depuis mercredi dernier, date où l' accord concernant le plan de sauvetage à l' endroit de la Grèce avait-enfin, et non sans mal-réussi à devenir effectif. SARKOZY se voyait déjà débarqué sur la croisette en véritable starlette !

 

En agissant ainsi, Papandréou, illustre crétin des temps modernes il faut bien le dire, outre le fait qu' il ait semé une belle " merde ", a surtout mis en danger son avenir politique, ce qui dans l' absolu n' est pas bien grave, à part pour son " petit " égo bien sûr, mais surtout l' existence même de la zone euro si on regarde plus en avant. Et c' est bien là le problème...

 

Le premier ministre grec a donc décidé de consulter son " brave " peuple en ce qui concerne l' accord européen sur le plan de sauvetage de ce " paquebot euro " qui prend manifestement de plus en plus l' eau au fil des jours. Ce référendum, s' il a finalement lieu, n' interviendrait qu' en janvier prochain. De quoi semer de sérieux doutes sur la zone euro... Les dirigeants de la zone euro, SARKOZY et MERKEL en premier lieu, sont évidemment sonnés, pour ne pas dire plus. Reste donc à savoir pour quelle raison ce " diable " de Papandréou a t' il pû prendre une telle décision. En fait, Papandréou souhaite tout simplement fuir ses propres responsabilités en laissant le " bon(?) " peuple grec décidé de son triste avenir. C' est donc la volonté du peuple qui s' imposera à Papandréou. Mais comme tout politique, Papandréou a évidemment de la suite dans les idées. Cette décision est probablement avant tout... politique. Une fois de plus. En agissant de la sorte, Papandréou pourrait éviter la tenue d' élections legislatives anticipées dont l' issue serait évidemment plus qu' incertaine.

 

En fait, Papandréou semble être un féru amateur de POKER. En proposant de soumettre au vote populaire le plan européen, notre " gros " Papandréou fait un " drôle " de pari. Un pari fort dangereux en fait. Papandréou est persuadé que son peuple de " demeurés " approuvera son plan. Mais comme tout en ca bas monde, rien n' est moins sûr, et c' est bien là le problème. Il ne faut en effet pas oublier une chose : en acceptant un tel plan, les grecs seraient forcément à la merci d' un SARKOZY ou d' une ANGELA. Cet accord ne peut en effet qu' entraîner une perte totale de souveraineté. Les grecs ne seraient alors plus vraiment chez eux. Il n' est donc pas absolument évident que les grecs soutiennent de manière inconditionnelle le bon " gros " Papandréou. Ce dernier fait donc un " drôle " de pari, avec la certitude qui caractérise si bien tout personnage politique.

 

Si le NON l' emportait, ce ne serait évidemment pas vraiment la même " limonade ". Car c' est bien l' avenir de la Grèce au sein de la zone euro qui est en jeu. Effectivement, en cas de NON, la Grèce se retrouverait immédiatement en position de défaut. Elle ne resterait donc pas dans l' euro. La communauté couperait alors rapidement l' arrivée d' argent, poussant donc la Grèce à quitter l' euro. Les conséquences à terme seraient évidemment assez problèmatiques, pour ne pas dire dramatiques. Cette " sortie " permettrait, certes, à la Grèce de dévaluer sa monnaie, et donc de redevenir compétitive, mais il faudrait une dévaluation de l' ordre de 50 % pour redresser le solde extérieur de la Grèce qui finirait pas mettre dans une sacré " merde " les Grecs, qui ne semblent pas avoir vraiment besoin de cela actuellement. Avec un tel scénario, la flambée des prix des produits importés serait en effet assez " comique " en provoquant tout simplement l' effondrement du pouvoir d' achat des grecs qui est déjà bien mal en point, surtout que la Grèce, comme tout le monde l' a remarqué, ne produit un peu près rien du tout ! On passera outre la " gueule " du prix de la dette grecque.

 

Pour la zone euro, ce serait également assez burlesque, avec une belle part d' inconnu. Le monde entier penserait alors-à fort juste titre-que la zone euro est " merdique " à souhait, bien incapable d' être solidaire... Voilà la hantise première de SARKO and CO qui " flippent " donc un " max " à l' heure actuelle... Et bien entendu, derrière la Grèce, il y a aussi d' autres belles bregis galeuses prêtes à se faire égorger par les marchés... Comique n' est ce pas ? En fait, cela " flippe " de partout à l' heure actuelle. Tout cette " merde " est effectivement contagieuse. La BCE, qui ne s' y trompe pas, a d' ailleurs acheté de la bonne dette merdique italienne et espagnole pour tenter d' éviter une " bonne grosse " contagion des " familles ". In fine, chacun aura donc compris que c' est toute la zone euro qui risque d' exploser !

 

Reste le cas de figure où les grecs finiraient par voter OUI. Sur le papier, cela pourrait être une porte de sortie acceptable, mais dans la réalités c' est autre chose. La décision de Papandréou a de nouveau semé le doute dans cette zone euro plus merdique plus que jamais. Le mal est fait, et c' est bien ce qui met dans une état d' hystérie collective la " grosse " Angela, et SARKOZY qui s' attendaient à tous sauf à ça. Vu de l' extérieur, c' est tout de même comique, surtout quand on se souvient de la prestation de Nicolas jeudi dernier. Au final, ce qu' il faut donc comprendre, c' est que la crise de la zone euro est loin d' être résolue. On entre même dans une nouvelle zone de turbulences donc personne ne voit aujourd' hui l' issue. Comique on vous dit.

 

www.zone-trading.com

 

 

Repost 0
Published by zone-trading - dans ECONOMIE
commenter cet article
2 novembre 2011 3 02 /11 /novembre /2011 12:57

Les temps sont durs pour tout le monde. NOKIA n' échappe pas à la règle. Le leader mondial de la téléphonie mobile est en train de vaciller sur son piedestral. Les menaces viennent de partout. La concurrence asiatique montre de plus en plus les crocs, tandis que l' Iphone d' Apple continue de casser la baraque. Le géant, bien trop sûr de lui durant trop longtemps, joue donc son va-tout en lançant des produits conçus en collaboration avec MICROSOFT. Au pays de NOKIA les produits de la firme finlandaise ne font plus rêver depuis bien longtemps. Dans la capitale finlandaise c' est chez APPLE que cela se passe. A la boutique APPLE les clients sont bien là, tandis qu' à peine plus loin, au magasin NOKIA, l' ambiance n' est pas à la fête. Même ici, au pays de NOKIA, les produits du géant séduisent de moins en moins. C' est tout simplement le monde à l' envers. Apple est passé par là, et à tout " casser " sur son passage. Personne ne l' avait vraiment prévu, et surtout pas les dirigeants de NOKIA, bien trop reposés sur leurs lauriers. L' histoire de NOKIA avait pourtant terriblement bien commencé. En 1990 et 1998, NOKIA casse tout sur son passage. En plein âge d' or de la téléphonie mobile, le groupe finlandais fait la fierté de tout un pays. Dans l' univers des nouvelles technologies tout va cependant très vite. Trop vite même, surtout pour NOKIA. Attaqué de tous les côtés, le géant finlandais ne sent pas le vent tourner. Entre les fabricants chinois qui attaquent le groupe sur le bas de gamme, et les APPLE et autres SAMSUNG qui le saignent dans le haut de gamme, la coupe est désormais plus que pleine. Depuis 4 ans, la part de marché du groupe a pris effectivement une sacré claque. Moins 20 % en quelques années c' est beaucoup, même si le groupe reste encore le numéro 1 mondial du secteur. NOKIA n' est donc pas mort pour autant. L' année dernière, le géant finlandais a tout de même réussi à écouler... 450 millions d' appareils. Ce n' est pas rien. Reste que l' essentiel des ventes s' est fait sur des produits assez peu chers, et n' offrant donc que des marges assez réduites au groupe. A terme, cette " stratégie " par " défaut " n' est cependant pas vraiment viable. NOKIA a donc décidé de prendre les choses en mains. Trop tard disent déjà certains. Le nouveau sauveur du finlandais se nomme MICROSOFT. NOKIA vient effectivement de présenter de nouveaux produits équipés de WINDOWS PHONE, à savoir un système d' exploitation inédit qui n' a jamais réussi à s' imposer jusqu' à présent. Le but-un rien inavoué-étant d' aller braver APPLE sur ses propres terres, et partout ailleurs où se sera possible. Inutile de préciser, qu' à ce stade, c' est loin d' être gagner. APPLE est en effet devenu un " must " absolu, et force est de constater que NOKIA semble arriver après la bataille. Chez NOKIA tout le monde croise à présent les doigts, en espérant que cette nouvelle stratégie sera-enfin-la bonne. " Symbian ", le système de logiciel maison qui devait équipé les smartphones qu groupe semble déjà dépassé, tout comme " MeeGo ", autre système maison créé avec INTEL. Reste donc WINDOWS. Du côté des usines du groupe, cela coince bien évidemment. Une usine a notamment été fermée il y a peu en Roumanie. Les pertes du groupe s' accumulent en effet. Le finlandais a en effet perdu pas moins de 436 millions d' euros au cours des six derniers mois. Ah, il est loin le temps où tous les produits signés NOKIA faisaient mouche. Nous sommes alors à la fin des années 1990, les produits NOKIA écrasent littéralement la concurrence. Les produits sont de qualité et la clientèle est plus que satisfaite par rapport à ce qui se fait ailleurs. NOKIA devient même une STAR du cinéma. Plusieurs de ses produits apparaissants en effet dans de nombreux films et autres séries. Le début de la fin en fait. Aveuglé par son succès, le géant ne voit rien venir. Plusieurs virages technologiques sont manqués. Exemple : le vibreur. NOKIA met six mois à se réveiller. Pour le groupe, le vibreur n' est qu' un gadget qui ne sert à rien. Puis ce fût le tour des écrans couleurs. NOKIA attend près de 18 mois avant de les adopter à son tour. Des certitudes, toujours des certitudes... NOKIA se croit alors invincible. Aujourd' hui, le groupe paye évidemment très cher le prix de ses certitudes. MOTOROLA lancera par la suite un produit à clapet. NOKIA ne voudra absolument pas en entendre parler. Hors de questions d' avoir à gérer auprès de la clientèle les éventuels problèmes de fiabilité de cette spécificité. Malgré tout, NOKIA, alors très puissant, continue de s' en sortir en continuant à écraser la concurrence. Rien ne peut alors arrêter NOKIA. Ses dirigeants en sont convaincus.

 

En 2007, tout va cependant changer. Et pas vraiment dans le bon sens pour NOKIA. APPLE débarque en effet sur le marché. NOKIA ne prend cependant pas vraiment au sérieux l' Iphone, continuant donc à produire le même type d' appareils, persuadés qu' APPLE ne tiendrait pas bien longtemps... La suite, tout le monde la connait bien évidemment. Pour NOKIA,  la techonologie " tactile " n' est pas vendeuse. Le groupe avait en effet déjà testé ce type de produits alors dotés d' un stylet, or à l' arrivée, peu nombreux avaient été les clients séduits par cette technologie. NOKIA n' y croyait donc absolument pas. L' offre d' APPLE n' est donc pas vraiment prise au sérieux de la part d' un groupe qui a manifestement pris le " melon " au fil des années. De toute façon, l' offre d' APPLE ne tient pas la route. NOKIA est en effet persuadé, à cet instant, que son offre diversifié ne peut qu' écraser le seul et unique produit d' APPLE en matière de téléphonie mobile. Ce dernier ne peut donc pas faire le poids bien longtemps... Les dirigeants de NOKIA en sont alors totalement convaincus. Une fois encore, on connait la suite...

 

L' entreprise est-elle alors au bord du gouffre ? Tuée par APPLE ? Le virage est certes délicat à négocier, mais NOKIA en a finalement vu d' autres. Pour mémoire, le groupe était au départ spécialisé dans la... pâte à papier. C' était il y a près de 150 ans. En 1960, le finlandais se tournera alors vers l' électronique et la conception d' ordinateurs avant de fusionner quelques années plus tard avec une entreprise de... caoutchouc. 20 ans plus tard, NOKIA est alors le troisième fabricant de... téléviseurs d' europe avant de passer à la téléphonie mobile 5 ans plus tard avec le succès qu' on lui a connu. 7 ans plus tard il deviendra en effet le numéro un absolu du secteur, avant que... l' Iphone ne débarque...

 

Le groupe finlandais a donc toujours réussi à s' en sortir, même si NOKIA est devenu un énorme " paquebot " bien difficile à manoeuvrer avec ses 137 000 salariés dans le monde. Le rapprochement avec MICROSOFT peut donc conduire à un nouveau succès, ou un... désastre... Personne ne peut le dire actuellement. La réponse dans quelques années...

GGGGGGGGGG.jpg

 

www.zone-trading.com

 

Repost 0
Published by zone-trading - dans ECONOMIE
commenter cet article