Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 09:59

APPLE.jpgL' emblématique patron d' APPLE est décédé hier en Californie. Ce genie des temps modernes était malade depuis de nombreuses années. Il avait été atteint d' une forme rare du cancer du pancréas. Tout le monde pleure aujourd' hui ce qu' il vient convient de qualifier de visionnaire hors pair. Steve Jobs laisse une société qui est devenue au fil des années une des plus grosses, voir même à certains moments, la plus grosse capitalisation boursière du monde. La personnalité de l' intéressé reste exeptionnelle à plus d' un titre. Il a sû comprendre avant tout le monde.

 

Tout ne fût pourtant pas si simple.

 

On a tendance à croire qu' APPLE a toujours été cette société si florissante, or il y a eu des passages à vide plus que délicat avant que Steve Jobs ne reprenne justement les choses en main après pas moins de 12 ans d' absence. Tout commence, comme souvent au USA, dans un " vulgaire "... garage dans la devenue si fameuse silicon valley. Nous sommes à la fin des années 1970, un certain... Steve Jobs fonde avec son ami Steve Wozniak la société APPLE. L' histoire est désormais en route. Les deux hommes lancent leur premier ordinateur, en pensant-à très juste titre-que l' ordinateur deviendra, tôt ou tard, un objet du quotidien, comme un simple frigo. Le premier ordinateur APPLE 1, laissera rapidement la place à son successeur l' APPLE 2, qui deviendra rapidement un succès en catapultant la société APPLE parmi les leaders du marché très prometteur de l' informatique individuelle. En 1980, le groupe est introduit en Bourse, en faisant de STEVE JOBS un tout nouveau multimillionnaire. Trois ans plus tard, il débauche un certain John Sculley qui officie alors au sein de la direction générale du groupe PEPSI en lui lançant cette fameuse réplique devenue célèbre : " Voulez vous passer le reste de votre vie à vendre de l' eau sucrée, ou voulez vous changer le monde ? "

 

1984 : c' est l' année du lancement du MACINTOCH et l' apparition des premières tension entre STEVE JOBS et JOHN SCULLEY. Il commence à y avoir de l' eau dans le gaz comme on dirait par ici. Les deux hommes s' affrontent même lors d' apparitions publiques. Les passionnés de l' histoire d' APPLE se souviendront notamment de l' affrontement entre les deux hommes en 1985 à Hawai lors de la première grand-messe commerciale d' APPLE. La coupe est désormais pleine, et ce seulement après l' arrivée de Sculley.

 

Aussi étonnant que cela puisse paraître, suite à cela, STEVE JOBS jette l' éponge et s' en va " tout simplement ". Il dit qu' il a été " viré " du conseil d' administration du groupe et vend donc toutes ses actions, à l' exeption d' une seule. Il fonde alors la société NEXT qui construit des ordinateurs destinés à l' enseignement supérieur notamment.  NEXT est racheté à la fin de 1996 pour la somme de 429 millions de dollars par... APPLE. En 1997, soit 12 ans plus tard, correspondant donc à l' absence du " génie ", APPLE rachète NEXT et fait donc son retour dans l' entreprise de ses débuts. En 2000, il devient officiellement le directeur général du groupe.

 

En 2001, la saga APPLE des temps modernes va vraiment commencer. Le groupe californien lance en effet l' Ipod. L' pod est balladeur numérique pour le moins révolutionnaire. Il permet en effet de stocker plusieurs centaines de morceaux musicaux. C' est le succès. Pour la " petite histoire ", il s' est écoulé plus de 250 millions d' exemplaires des différentes version de ce balladeur numérique. APPLE sort donc de " l' ombre " avec ce produit. Pendant longtemps, la grosse partie de la clientèle d' APPLE était tout de même constitués de " fans ". Là, avec l' Ipod, on touche vraiment au très grand public. Bien évidemment, APPLE ne va pas s' arrêter en si bon chemin. Le groupe va en fait accumuler les succès technologiques en laissant tout simplement la concurrence sur le bord de la route.

 

L' Iphone : la consécration

 

En 2007, APPLE lance l' Iphone. Le groupe n' a pourtant jamais conçu le moindre téléphone portable de son existence. Aucun des leaders du marché d' alors n' a vu venir le groupe APPLE sur ce terrain. NOKIA, notamment, n' a rien vu venir. Il en subit encore les conséquences aujourd' hui. APPLE va totalement casser la " baraque " avec l' Iphone. Plus rien ne sera comme avant. L' innovation du produit dépasse l' entendement. L' Iphone devient un must absolu. La concurrence est enterrée. Mais le " pire " pour la concurrence, c' est qu' APPLE ne va pas s' arrêter en si bon chemin. Après l' Iphone, voici désormais l' Ipad. L' Ipad est une tablette numérique, une sorte d' ordinateur que l' on peut trimballer partout. Une fois encore, APPLE va tout casser sur son passage. STEVE JOBS restera donc un génie des temps modernes, visionnaire et passionné. Adieu l' artiste...

 

www.zone-trading.com

 

 

Repost 0
Published by zone-trading - dans ECONOMIE
commenter cet article
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 22:52

Alors que les indices américains affichaient un joli " rouge " a encore quelques dizaines de minutes de la cloche, voici que tout s' est retourné d' un seul coup. De nouveaux acheteurs se sont en effet manifestés suite à une rumeur concernant une entente entre les européens consistant à déjouer les attaques spéculatives autour des dettes des " crevards " habituels de la zone euro, poussant donc les " shorteurs " à racheter leurs positions de vente à découvert dans la panique. Et évidemment quand il n' y a plus de vendeurs, le rally ne peut être que significatif. L' engouement autour du secteur bancaire notamment, est donc plus que probant ce soir. L' ouverture en Europe demain matin sera donc intéressante à plus d' un titre. La configuration sera en effet la même qu' aux USA ce soir : des intervenants jouant la baisse, et se trouvant donc pièger. Quand on vous dit que " l' overnight " cela peut être dangereux...

NASDAQ-COMPOSITE.png

 

www.zone-trading.com

 

Repost 0
Published by zone-trading - dans INDICES
commenter cet article
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 20:43

Le dernier trimestre de l' année commence plutôt mal. Le CAC rend en effet 2.61 % ce soir, dans la lignée de la déconfiture des USA hier. Le problème grec reste évidemment entier, et les politiques en place ne peuvent état que de leur impuissance respective. Les marchés ne sont donc pas " rassurés " pour reprendre ce mot devenu pour le moins comique. La faillite du pays est toujours d' actualité, avec un éventuel effet contagieux sur les autres brebis galeuses de la zone euro. On continue donc de patiner dans la semoule. Dans ce contexte, les banques font évidemment encore et toujours " la tronche ". On voit de toute façon mal comment il pourrait en être autrement. Tout le secteur a donc été attaqué pour la énième fois avec une mention particulière pour DEXIA qui s' est mise une sacré " cartouche " en décrochant de plus de... 22 % ! Voici donc le titre à à peine plus d' un euro ce soir. De l' autre côté de l' atlantique, le gros barbu de la FED nous a resservi sa salade habituelle, à savoir que cette dernière surveillait de près la situation économique actuelle en étant prêt à dégainer si les choses venaient à se gâter. Du grand classique qui ne veut pas dire grand chose, et qui en tout cas pas permis d' enrayer la chute de l' indice parisien. Bref, tout le monde aura compris que l' on reste dans le CAC...A.

CAC-40-INDEX-copie-69.png

 

www.zone-trading.com

 

Repost 0
Published by zone-trading - dans CAC 40
commenter cet article
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 22:33

AIR FRANCE n' a pas été épargné par la crise de l' été. Le niveau de valorisation atteint en effet des niveaux sans précédent. Le titre côte actuellement à peine plus de 5.23 euros en étant encore en baisse aujourd' hui de près de 2 %, et ce alors que le marché de fond était franchement dans le vert. Rien ne va plus donc pour la compagnie française. Tôt ou tard, le titre finira cependant par se retourner, et franchement il ne pourra constituer qu' une bonne affaire. Au niveau actuel, les risques sont en effet assez minimes. AIR FRANCE reste en effet un groupe solide, même si cela bouge beaucoup dans le secteur à l' heure actuelle. La valeur est donc à surveiller de près. La probabilité que l' on touche enfin le fond devient effet de plus en plus significative au fil des jours qui passent, même si la valeur peut évidemment encore " dégueuler ". A surveiller de très près en tout cas...

 

AIR-FRANCE--KLM-copie-12.png

 

www.zone-trading.com

 

Repost 0
Published by zone-trading - dans AIR FRANCE
commenter cet article
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 22:00

Le CAC reprend des couleurs. Après la claque magistrale de la semaine dernière, c' est bien le minimum auquel on pouvait s' attendre. Tout était en effet " survendu à mort " et à un moment ou un autre il fallait donc bien que cela se calme quelquepeu. Le CAC affiche donc une progression appréciable de + 1.75 % en ce premier jour de la semaine. Avec un 2859 au compteur ce soir, on reste cependant encore à 100 pts de la résistance du moment, à savoir " l' ancien " support 2960. A la remontée, par les " escaliers ", le support 2960 devient donc résistance. Reste que sur le fond, la configuration du moment est encore bien fragile. La situation reste toujours la même. La Grèce continue en effet de nous " les briser ", tandis que les USA n' ont plus leurs capacités de rebonds d' antan. Rien ne sera plus vraiment comme avant au pays de l' Oncle Sam, notamment, et surtout au niveau du chômage. Le plein emploi à l' américaine semble en effet définitivement mort. On restera en effet à des niveaux relativement élevés dans les années à venir, et pas sûr que les niveaux affichés avant la crise ne soient de nouveau d' actualité un jour. Enfin bref, les investisseurs restent fébriles, même si à un moment les plus influents d' entre eux siffleront la fin de la " récré " pour repartir dans l' autre sens, comme ce fût notamment le cas en mars 2009. Le marché s' était en effet retourné sans véritable raison. Les " gros " investisseurs avaient alors simplement décidé que c' était " la fin " de la crise en repartant donc dans l' autre sens, sans que la situation sur le terrain n' est changée. C' est toujours ainsi. Il faut donc suivre les " gros ".

 

Un enième rebond technique n' est cependant toujours pas à exclure.

 

La configuration actuelle reste donc encore fragile, et du côté des " PAULSON " et autres " GOLDMAN SACHS " on ne sait pas encore vraiment ce qu' on va faire. Est-ce que l' on pousse encore davantage " mémé dans les orties ", ou est-ce qu' on continue encore un peu à tout faire " dégueuler " ? Difficile à dire en l' état actuel des choses tant la situation actuelle de la conjoncture économique est floue. L' Europe, comme les USA restant bien embourbées. Et comme tout le monde sait, les marchés ont horreur du vide et de l' inconnu, et franchement en la matière, on peut dire qu' ils sont servis à l' heure actuelle. La visibilité reste en effet médiocre à plus d' un titre, même si, tôt ou tard, la " machine " repartira quand même.

 

Reste que nous ne sommes pas à l' abri d' un énième rebond technique, comme on a déjà pu le voir à plusieurs reprises ces derniers temps. Auquel cas, l' objectif des 2500 pts resterait valide. A suivre de près donc...

 

CAC-40-INDEX-copie-68.png

 

www.zone-trading.com

 

Repost 0
Published by zone-trading - dans CAC 40
commenter cet article
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 20:57

Noir c' est noir, il y n' y a plus d' espoir, chantait l' illustre Johnny Hallyday, et force est de constater qu' il avait raison le bougre ! Noir c' est noir, il n' y a effectivement plus d' espoir, ou si peu... Le CAC s' est pris une raclée mémorable en cette avant dernière séance de la semaine. Il abandonne en effet plus de... 5 % ! 5.25 % exactement. Du lourd, du très lourd même. Nous voici donc à présent sous les 2800 pts, à un peu plus de 2781 pts pour être plus précis. Le support 2960 semble désormais bien loin. Le secteur bancaire, mais pas seulement en fait, se retrouve une nouvelle fois à la fête. La " grosse " moody' s a notamment rétrograder trois banques américaines, et pas des moindres. La recapitalisation de nombreuses banques par les Etats, donc les contribuables, se précisent de plus en plus. On voit désormais mal comment on pourrait véritablement l' éviter. La " grande " Lagarde l' avait déjà évoqué cet été avant que l' autre crétine de PARISOT ( qui n' y connait rien en économie ) dise exactement le contraire.

 

Au final, c' est donc toujours la même comédie. Une économie américaine qui fait la gueule. Une Europe engluée à cause de ces crétins de grecs qui ne touchent plus terre, et des Etats surendettés qui ne savent plus quoi faire pour trouver des " ronds ". Les marchés anticipent donc trop bien la suite des évènements. A savoir une bonne vieille récession des familles. Pendant ce temps, en Somalie notamment, on crève la dalle la bouche ouverte, mais c' est pas bien grave, c' est loin et il y a déjà assez de merde en Europe. Ceci dit, on ferait peut être mieux d' aider les somaliens que ces grecs souvent gras comme des cochons à force de glander à outrance. Mais bon, la Somalie ne fait évidemment pas partie de l' Europe. Cette Europe devenue si merdique, et dont le peuple se méfiait tant.

 

CAC-40-INDEX-copie-67.png

 

www.zone-trading.com

 

Repost 0
Published by zone-trading - dans CAC 40
commenter cet article
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 11:51

Le secteur va mal. Très mal même. On a eu beau entendre ces derniers temps de la part des banques qu' il n' y avait pas péril en la demeure, ce n' est évidemment pas tout à fait vrai. BNP PARIBAS qui est toujours passée, à plus ou moins juste titre, pour une banque plutôt solide, n' échappe désormais plus vraiment à la bourrasque actuelle. Le cours s' est en effet pris une sérieuse raclée en affichant à peine plus que 23 euros à l' heure actuelle pour un plus haut à plus de 57 euros en février dernier. Dans ces conditions, la banques française cherche donc du " cash " au cas où la situation continuerait à se dégrader lors des prochaines semaines. Selon le financial times, la banque française commencerait donc à " draguer " de l' investisseur du côté du... moyen-orient. Un des seuls endroits au monde où il y a encore du " cash " qui coule à flôts. BNP PARIBAS n' est cependant pas la seule banque française dans ce cas. Chacune essayant plus ou moins d' assurer ses arrières en ces temps d' incertitudes manifestes. Les intéressées se défendent plus ou moins de ce type d' informations en évoquant le fait que c' est assez habituel de chercher de l' argent frais auprès d' investisseurs. La " bonne vieille " langue de bois courante quoi. Il ne s' agirait en effet pas de mettre de l' huile sur le feu. Le gros " Baudoin " estime cependant que BNP PARIBAS n' a pas ( encore ) besoins de " cash " à l' heure actuelle. Le groupe serait correctement capitalisé. Entendu, même si personne n' est vraiment dupe. En interne, il se dit que la banque chercherait en effet un " petit matelas " de 2 milliards d' euros au cas où. Autant donc prendre quelques précautions, on ne s' est jamais. Une augmentation de capital serait donc une hypohèse extrême. D' autres solutions étant envisageables auparavant. Dans l' absolu, le groupe BNP PARIBAS affiche en effet une santé plutôt solide en affichant dernièrement un des meilleurs bénéfices semestriels de son histoire.

 

A part le cours le Bourse, tout irait donc pour le mieux pour BNP PARIBAS. Ne soyons pas mesquins, c' est finalement assez vrai. Reste que le marché a décidé de sanctionner BNP PARIBAS comme les autres banques qui n' affichent pas des performances aussi  bonnes. Tout va donc bien dans le meilleur des mondes, même s' il ne faut pas oublier que les banques européennes ont potentiellement perdu la bagatelle de 200 milliards d' euros

 

Alors que penser de tout cela ? Franchement, pas grand chose. D' une part, il faut déjà savoir que quand les marchés trinquent, il y a tout un tas de " rumeurs " qui surgissent ici et là en permanence, en interne, mais aussi ailleurs. Tout le monde délire donc, cela fait parti du " jeu " en quelque sorte. Ce qui est cependant assez nouveau, c' est que les journalistes délirent aussi à présent. On l' a notamment vu avec SOCIETE GENERALE cet été. D' ordinaire, les " rumeurs " sont plus le fait des " initiés ". Tout ce que l' on peut entendre un peu partout, et notamment sur la toile, et donc souvent à prendre avec beaucoup de pincettes.

 

Enfin, d' autre part, il faut savoir qu' un établissement sérieux comme BNP PARIBAS est toujours plus ou moins en négociations avec des investisseurs du monde entier, et donc pas seulement en période de crise. Le fait que BNP PARIBAS chercherait donc éventuellement de l' argent frais n' est donc pas vraiment extraordinaire. Cela prouverait même plutôt au contraire que la banque est sérieuse en envisageant le pire.

 

Au final, les fondamentaux du groupe restent donc appréciables à plus d' un titre. Pour être tout à fait franc, on peut même dire que le cours actuel du groupe ne reflète pas vraiment la réelle qualité des fondamentaux de ce dernier, même si une banque reste par essence très exposée à une conjoncture économique à un moment donné.

 

En attendant que la situation de fond aille mieux, il faut donc voir le niveau actuel du cours de Bourse de la valeur BNP PARIBAS comme une éventuelle opportunité à venir, même si n' est pas encore à exclure que cela " dégueule " encore. A suivre de près donc...

 

BNP-PARIBAS-ACT.A-copie-3.png

 

www.zone-trading.com

 

Repost 0
Published by zone-trading - dans VALEURS DIVERSES
commenter cet article
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 11:12

Le " grand mou " comme le surnomme SARKOZY, à savoir BARNIER, commence peu à peu à préparer le " bon peuple " en ce qui concerne la recapitalisation des banques sur fonds publics. Selon les dernières déclarations de ce dernier, on peut en effet exclure à l' heure actuelle que certaines banques européennes puissent avoir besoin d' être recapitalisées. Le message est très clair. L' Etat français n' a de toute façon pas grand choix. Il s' agit encore une fois de " rassurer " les marchés. Reste " juste " à déterminer le bon timing à présent. Pour cela, il faut tout de même que les marchés se calment. Ceci étant, braves gens, ne vous inquiéter pas trop. Ce même BARNIER évoque en effet que " l' époque s' achève où l' on devait renflouer les banques grâce aux contribuables... ". Il faudra donc, une fois encore, faire appel aux marchés ! Mais au final, ce seront évidemment les contribuables qui paieront la note. Notre " grand mou " de service précise que neufs banques ont raté leurs teste de résistance, pendant que seize autres sont à la limite de l' échec. Enfin pour faire bonne figure, et sans que l' on voit trop le rapport, même si il faut toujours faire de la bonne vieille démagogie de bas étages, BARNIER s' est prononcé pour l' interdiction des BONUS au sein des banques qui n' auraient pas le minimum de fonds propres requis. Bref, du " blabla " pour faire passer la pilule.

societegenerale.jpg

www.zone-trading.com

 

Repost 0
Published by zone-trading - dans ECONOMIE
commenter cet article
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 10:57

Nous voici à présent tout près des... 2800 pts. Encore impensable il y a seulement quelques mois, ce niveau est désormais réalité. Et pour tout dire, ce n' est probablement pas encore terminé. L' objectif des 2500 pts se rapproche désormais de plus en plus. La FED américaine a fait état hier d' une situation économique à venir loin d' être réjouissante. Comme à l' accoutumé, le secteur bancaire est attaqué. Tout est survendu " à mort " par les investisseurs qui croient de plus en plus à une récession. Tout ceci est donc " comique ", même si dans la réalité, ça l' est évidemment beaucoup moins. Bref, le marché a encore envie de " dégueuler " et les 2500 pts restent l' objectif à terme. Si le marché en a décidé ainsi, il ira. Peu importe les mesures prises pour contrer tout cela.

CAC-40-INDEX-copie-66.png

 

www.zone-trading.com

 

Repost 0
Published by zone-trading - dans CAC 40
commenter cet article
19 septembre 2011 1 19 /09 /septembre /2011 20:44

Les jours passent, et rien de ne se passe... Ou plutôt si, il se passe des choses, mais pas vraiment positives. Le CAC s' est pris une nouvelle gifle, et franchement ce n' est pas vraiment étonnant. La problèmatique grecque reste entière à ce jour et ce n' est pas la solution de DSK qui va évidemment arranger les choses. En fait, on est à présent passé à un stade supérieur. Il ne s' agit plus de savoir si la Grèce va trouver des fonds, mais si elle va tout simplement réussir à les rembourser un jour. Et en la matière force est de constater que ceux qui " s' inquiètent " font plutôt preuve d' une grande lucidité. On voit en effet mal comment la Grèce pourrait rembourser ses nombreux emprunts à terme, d' autant qu' ils ne sont jamais suffisants comme on a pu le constater durant les derniers mois. Mais bon, il y en a encore qui y croit... Enfin, surtout du côté des politiques. Tout du mons, il s' agit de faire semblant d' y croire afin de ne pas faire " flipper " le bon peuple.

 

Dans ces conditions, le niveau actuel du CAC répond donc à une certaine logique. Dans l' absolu, il n' est en effet toujours pas à exclure que l' on se dirige vers les... 2500 pts. Les rebonds techniques s' enchaînent en effet. Le secteur bancaire est évidemment toujours au plus mal et les mauvaises nouvelles s' accumulent en faisant la joie des spéculateurs qui n' en demandent finalement pas tant pour " s' éclater ". L' Europe s' enfonce toute seule sans qu' il soit nécessaire de beaucoup la pousser. Du côté des USA ce n' est pas vraiment mieux comme chacun le sait. Obama continue de patauger sans savoir vraiment où il va.

 

Si les conséquences actuelles et à venir sur le terrain n' étaient pas si dramatiques, on pourrait presque en rire, tant la situation à un côté comique, notamment en ce qui concerne l' impuissance caractérisée des politiques qui ont toujours trois trains de retard sur les marchés qui réagissent au quart de tour, et même avec une belle avance. Les marchés ont le pouvoir tout simplement car ils réagissent vite et bien, au contraire des politiques qui ne sont finalement même pas capable de s' entendre sur la conduite à suivre. Rien de nouveau sous la tempête en somme...

 

CAC-40-INDEX-copie-65.png

 

www.zone-trading.com

 

Repost 0
Published by zone-trading - dans CAC 40
commenter cet article