Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 novembre 2011 4 17 /11 /novembre /2011 21:02

Qu' il est loin le temps où le titre caracolait à plus de 37 euros en séance. C' était le 4 juin 2007 exactement. Depuis rien ne va plus. La valeur a même largement enfoncé son seuil de mars 2009, à savoir le point bas de la crise dans laquelle nous sommes encore toujours. A moins de 4 euros ce soir, le titre perd encore plus de 2.5 % à la cloche, et ne semble plus pouvoir s' arrêter. A ce stade, l' atterrissage risque d' être violent. On en vient même à se demander s' il y a encore un pilote dans l' avion. Evidemment, les changements récents autour de la direction n' ont pas vraiment arranger les choses. Les investisseurs américains qui avaient pourtant massivement investi sur le titre au cours des dernières années préfèrent à présent plier bagages. Reste que comme toujours, tout à une fin. A un moment ou un autre, le point bas absolu sera donc effectif, et c' est bien là qu' il faudra ramasser le titre. Pour l' heure cependant, ce n' est toujours par le bon " timing " pour intervenir en long. Mais, le dossier reste intéressant, et il est donc nécessaire de surveiller de près l' évolution de la valeur, qui tôt ou tard, se retournera. A suivre de très près...

AIR-FRANCE--KLM-copie-13.png

 

www.zone-trading.com

 

Repost 0
Published by zone-trading - dans AIR FRANCE
commenter cet article
15 novembre 2011 2 15 /11 /novembre /2011 21:01

Les temps sont durs pour tout le monde, mais force est de constater que VEOLIA est encore moins chanceux que les autres. La valeur reste en effet dans une logique baissière particulièrement préoccupante comme on peut notamment le voir sur le graphique " daily " ci-dessous. Le support 9.68 de la mi-septembre a notamment sauté il y a quelques jours. Le titre se retrouve donc à présent à 8.58 pour un cours à près de 23 euros à la mi-février dernier. Le titre est donc totalement survendu, et finira donc bien par finir par être intéressant à un moment ou un autre. Dossier à surveiller donc...

VEOLIA-ENVIRON.-copie-2.png

 

www.zone-trading.com

 

Repost 0
Published by zone-trading - dans VALEURS DIVERSES
commenter cet article
15 novembre 2011 2 15 /11 /novembre /2011 20:25

Le CAC avait bien terminé sa semaine vendredi dernier. On pouvait alors penser que les choses s' arrangeaient quelquepeu. Mais en fait, on reste toujours dans la même problèmatique de fond. Dans ces conditions, il n' est donc pas très étonnant que l' indice de référence finisse par patiner en ce début de semaine. Après avoir rendu 1.28 % hier, les choses restent dans la même lignée en ce deuxième jour de la semaine, à savoir une nouvelle baisse sensible proche des 2 %. Au final, nous restons à plus de 100 pts de la moyenne mobileà 20 jours de l' indice. Dans le détail, on remarquera que plusieurs valeurs ont repris le chemin de la baisse, parmi lesquelles ALCATEL qui reste dans logique toujours aussi baissière depuis maintenant un bon mois. Les banques, comme bien souvent ces derniers temps, n' ont pas été à la fête. BNP PARIBAS perdant notamment près de 6 % en restant bloquée dans un canal donc la véritable première sortie se trouve à plus de 36 euros pour un cours à moins de 30 euros à l' heure actuelle. CREDIT AGRICOLE fait guère mieux en décrochant de plus de 4 % ce soir, et en étant dans une configuration de nouveau bien fragile. La valeur se retrouve en effet sous sa mm 20 en étant plus très éloignée, avec un 4.63 ce soir, de son support pertinent du moment situé à 4.21. Les autres acteur du secteur bancaire restent dans la même configuration ce soir, à savoir plutôt assez fragile. A ce stade, il n' est donc pas à exclure que l' on reparte faire un tour plus bas lors des prochaines semaines. A suivre...

CAC-40-INDEX-copie-76.png

 

www.zone-trading.com

 

Repost 0
Published by zone-trading - dans CAC 40
commenter cet article
4 novembre 2011 5 04 /11 /novembre /2011 16:26

WALL STREET est dans le rouge en cette dernière séance de la semaine. Les chiffres de l' emploi sont ressortis inférieurs aux attentes, avec pour août et septembre dernier, une révision à la hausse. Le taux de chômage reste tout de même à des niveaux particulièrement élevés. Le dernier chiffre ressort en effet à au moins... 9 % ! Bref, du côté des USA ce n' est toujours pas la joie, et ce n' est pas mine réjouie d' Obama sur la croisette qui y changera grand chose. On fait donc du rouge actuellement, mais aussi du vert. L' introduction en Bourse de l' américain GROUPON est en effet un succès, avec une envolée de près de 50 % en ce premier jour de cotation.

n-182-copie-1.JPG

 

www.zone-trading.com

Repost 0
Published by zone-trading - dans INDICES
commenter cet article
2 novembre 2011 3 02 /11 /novembre /2011 14:21

La crise grecque était difficile à comprendre, mais avec la " surprise " du référendum, c' est à n' y rien comprendre. Tentons donc d' y voir un peu plus clair. Papandréou a donc annoncé de manière assez surprenante il est vrai, un référendum à son peuple de " demeurés ". Cette accord a créé la panique sur les marchés, mais aussi chez... SARKOZY qui fanfaronnait déjà depuis mercredi dernier, date où l' accord concernant le plan de sauvetage à l' endroit de la Grèce avait-enfin, et non sans mal-réussi à devenir effectif. SARKOZY se voyait déjà débarqué sur la croisette en véritable starlette !

 

En agissant ainsi, Papandréou, illustre crétin des temps modernes il faut bien le dire, outre le fait qu' il ait semé une belle " merde ", a surtout mis en danger son avenir politique, ce qui dans l' absolu n' est pas bien grave, à part pour son " petit " égo bien sûr, mais surtout l' existence même de la zone euro si on regarde plus en avant. Et c' est bien là le problème...

 

Le premier ministre grec a donc décidé de consulter son " brave " peuple en ce qui concerne l' accord européen sur le plan de sauvetage de ce " paquebot euro " qui prend manifestement de plus en plus l' eau au fil des jours. Ce référendum, s' il a finalement lieu, n' interviendrait qu' en janvier prochain. De quoi semer de sérieux doutes sur la zone euro... Les dirigeants de la zone euro, SARKOZY et MERKEL en premier lieu, sont évidemment sonnés, pour ne pas dire plus. Reste donc à savoir pour quelle raison ce " diable " de Papandréou a t' il pû prendre une telle décision. En fait, Papandréou souhaite tout simplement fuir ses propres responsabilités en laissant le " bon(?) " peuple grec décidé de son triste avenir. C' est donc la volonté du peuple qui s' imposera à Papandréou. Mais comme tout politique, Papandréou a évidemment de la suite dans les idées. Cette décision est probablement avant tout... politique. Une fois de plus. En agissant de la sorte, Papandréou pourrait éviter la tenue d' élections legislatives anticipées dont l' issue serait évidemment plus qu' incertaine.

 

En fait, Papandréou semble être un féru amateur de POKER. En proposant de soumettre au vote populaire le plan européen, notre " gros " Papandréou fait un " drôle " de pari. Un pari fort dangereux en fait. Papandréou est persuadé que son peuple de " demeurés " approuvera son plan. Mais comme tout en ca bas monde, rien n' est moins sûr, et c' est bien là le problème. Il ne faut en effet pas oublier une chose : en acceptant un tel plan, les grecs seraient forcément à la merci d' un SARKOZY ou d' une ANGELA. Cet accord ne peut en effet qu' entraîner une perte totale de souveraineté. Les grecs ne seraient alors plus vraiment chez eux. Il n' est donc pas absolument évident que les grecs soutiennent de manière inconditionnelle le bon " gros " Papandréou. Ce dernier fait donc un " drôle " de pari, avec la certitude qui caractérise si bien tout personnage politique.

 

Si le NON l' emportait, ce ne serait évidemment pas vraiment la même " limonade ". Car c' est bien l' avenir de la Grèce au sein de la zone euro qui est en jeu. Effectivement, en cas de NON, la Grèce se retrouverait immédiatement en position de défaut. Elle ne resterait donc pas dans l' euro. La communauté couperait alors rapidement l' arrivée d' argent, poussant donc la Grèce à quitter l' euro. Les conséquences à terme seraient évidemment assez problèmatiques, pour ne pas dire dramatiques. Cette " sortie " permettrait, certes, à la Grèce de dévaluer sa monnaie, et donc de redevenir compétitive, mais il faudrait une dévaluation de l' ordre de 50 % pour redresser le solde extérieur de la Grèce qui finirait pas mettre dans une sacré " merde " les Grecs, qui ne semblent pas avoir vraiment besoin de cela actuellement. Avec un tel scénario, la flambée des prix des produits importés serait en effet assez " comique " en provoquant tout simplement l' effondrement du pouvoir d' achat des grecs qui est déjà bien mal en point, surtout que la Grèce, comme tout le monde l' a remarqué, ne produit un peu près rien du tout ! On passera outre la " gueule " du prix de la dette grecque.

 

Pour la zone euro, ce serait également assez burlesque, avec une belle part d' inconnu. Le monde entier penserait alors-à fort juste titre-que la zone euro est " merdique " à souhait, bien incapable d' être solidaire... Voilà la hantise première de SARKO and CO qui " flippent " donc un " max " à l' heure actuelle... Et bien entendu, derrière la Grèce, il y a aussi d' autres belles bregis galeuses prêtes à se faire égorger par les marchés... Comique n' est ce pas ? En fait, cela " flippe " de partout à l' heure actuelle. Tout cette " merde " est effectivement contagieuse. La BCE, qui ne s' y trompe pas, a d' ailleurs acheté de la bonne dette merdique italienne et espagnole pour tenter d' éviter une " bonne grosse " contagion des " familles ". In fine, chacun aura donc compris que c' est toute la zone euro qui risque d' exploser !

 

Reste le cas de figure où les grecs finiraient par voter OUI. Sur le papier, cela pourrait être une porte de sortie acceptable, mais dans la réalités c' est autre chose. La décision de Papandréou a de nouveau semé le doute dans cette zone euro plus merdique plus que jamais. Le mal est fait, et c' est bien ce qui met dans une état d' hystérie collective la " grosse " Angela, et SARKOZY qui s' attendaient à tous sauf à ça. Vu de l' extérieur, c' est tout de même comique, surtout quand on se souvient de la prestation de Nicolas jeudi dernier. Au final, ce qu' il faut donc comprendre, c' est que la crise de la zone euro est loin d' être résolue. On entre même dans une nouvelle zone de turbulences donc personne ne voit aujourd' hui l' issue. Comique on vous dit.

 

www.zone-trading.com

 

 

Repost 0
Published by zone-trading - dans ECONOMIE
commenter cet article
2 novembre 2011 3 02 /11 /novembre /2011 12:57

Les temps sont durs pour tout le monde. NOKIA n' échappe pas à la règle. Le leader mondial de la téléphonie mobile est en train de vaciller sur son piedestral. Les menaces viennent de partout. La concurrence asiatique montre de plus en plus les crocs, tandis que l' Iphone d' Apple continue de casser la baraque. Le géant, bien trop sûr de lui durant trop longtemps, joue donc son va-tout en lançant des produits conçus en collaboration avec MICROSOFT. Au pays de NOKIA les produits de la firme finlandaise ne font plus rêver depuis bien longtemps. Dans la capitale finlandaise c' est chez APPLE que cela se passe. A la boutique APPLE les clients sont bien là, tandis qu' à peine plus loin, au magasin NOKIA, l' ambiance n' est pas à la fête. Même ici, au pays de NOKIA, les produits du géant séduisent de moins en moins. C' est tout simplement le monde à l' envers. Apple est passé par là, et à tout " casser " sur son passage. Personne ne l' avait vraiment prévu, et surtout pas les dirigeants de NOKIA, bien trop reposés sur leurs lauriers. L' histoire de NOKIA avait pourtant terriblement bien commencé. En 1990 et 1998, NOKIA casse tout sur son passage. En plein âge d' or de la téléphonie mobile, le groupe finlandais fait la fierté de tout un pays. Dans l' univers des nouvelles technologies tout va cependant très vite. Trop vite même, surtout pour NOKIA. Attaqué de tous les côtés, le géant finlandais ne sent pas le vent tourner. Entre les fabricants chinois qui attaquent le groupe sur le bas de gamme, et les APPLE et autres SAMSUNG qui le saignent dans le haut de gamme, la coupe est désormais plus que pleine. Depuis 4 ans, la part de marché du groupe a pris effectivement une sacré claque. Moins 20 % en quelques années c' est beaucoup, même si le groupe reste encore le numéro 1 mondial du secteur. NOKIA n' est donc pas mort pour autant. L' année dernière, le géant finlandais a tout de même réussi à écouler... 450 millions d' appareils. Ce n' est pas rien. Reste que l' essentiel des ventes s' est fait sur des produits assez peu chers, et n' offrant donc que des marges assez réduites au groupe. A terme, cette " stratégie " par " défaut " n' est cependant pas vraiment viable. NOKIA a donc décidé de prendre les choses en mains. Trop tard disent déjà certains. Le nouveau sauveur du finlandais se nomme MICROSOFT. NOKIA vient effectivement de présenter de nouveaux produits équipés de WINDOWS PHONE, à savoir un système d' exploitation inédit qui n' a jamais réussi à s' imposer jusqu' à présent. Le but-un rien inavoué-étant d' aller braver APPLE sur ses propres terres, et partout ailleurs où se sera possible. Inutile de préciser, qu' à ce stade, c' est loin d' être gagner. APPLE est en effet devenu un " must " absolu, et force est de constater que NOKIA semble arriver après la bataille. Chez NOKIA tout le monde croise à présent les doigts, en espérant que cette nouvelle stratégie sera-enfin-la bonne. " Symbian ", le système de logiciel maison qui devait équipé les smartphones qu groupe semble déjà dépassé, tout comme " MeeGo ", autre système maison créé avec INTEL. Reste donc WINDOWS. Du côté des usines du groupe, cela coince bien évidemment. Une usine a notamment été fermée il y a peu en Roumanie. Les pertes du groupe s' accumulent en effet. Le finlandais a en effet perdu pas moins de 436 millions d' euros au cours des six derniers mois. Ah, il est loin le temps où tous les produits signés NOKIA faisaient mouche. Nous sommes alors à la fin des années 1990, les produits NOKIA écrasent littéralement la concurrence. Les produits sont de qualité et la clientèle est plus que satisfaite par rapport à ce qui se fait ailleurs. NOKIA devient même une STAR du cinéma. Plusieurs de ses produits apparaissants en effet dans de nombreux films et autres séries. Le début de la fin en fait. Aveuglé par son succès, le géant ne voit rien venir. Plusieurs virages technologiques sont manqués. Exemple : le vibreur. NOKIA met six mois à se réveiller. Pour le groupe, le vibreur n' est qu' un gadget qui ne sert à rien. Puis ce fût le tour des écrans couleurs. NOKIA attend près de 18 mois avant de les adopter à son tour. Des certitudes, toujours des certitudes... NOKIA se croit alors invincible. Aujourd' hui, le groupe paye évidemment très cher le prix de ses certitudes. MOTOROLA lancera par la suite un produit à clapet. NOKIA ne voudra absolument pas en entendre parler. Hors de questions d' avoir à gérer auprès de la clientèle les éventuels problèmes de fiabilité de cette spécificité. Malgré tout, NOKIA, alors très puissant, continue de s' en sortir en continuant à écraser la concurrence. Rien ne peut alors arrêter NOKIA. Ses dirigeants en sont convaincus.

 

En 2007, tout va cependant changer. Et pas vraiment dans le bon sens pour NOKIA. APPLE débarque en effet sur le marché. NOKIA ne prend cependant pas vraiment au sérieux l' Iphone, continuant donc à produire le même type d' appareils, persuadés qu' APPLE ne tiendrait pas bien longtemps... La suite, tout le monde la connait bien évidemment. Pour NOKIA,  la techonologie " tactile " n' est pas vendeuse. Le groupe avait en effet déjà testé ce type de produits alors dotés d' un stylet, or à l' arrivée, peu nombreux avaient été les clients séduits par cette technologie. NOKIA n' y croyait donc absolument pas. L' offre d' APPLE n' est donc pas vraiment prise au sérieux de la part d' un groupe qui a manifestement pris le " melon " au fil des années. De toute façon, l' offre d' APPLE ne tient pas la route. NOKIA est en effet persuadé, à cet instant, que son offre diversifié ne peut qu' écraser le seul et unique produit d' APPLE en matière de téléphonie mobile. Ce dernier ne peut donc pas faire le poids bien longtemps... Les dirigeants de NOKIA en sont alors totalement convaincus. Une fois encore, on connait la suite...

 

L' entreprise est-elle alors au bord du gouffre ? Tuée par APPLE ? Le virage est certes délicat à négocier, mais NOKIA en a finalement vu d' autres. Pour mémoire, le groupe était au départ spécialisé dans la... pâte à papier. C' était il y a près de 150 ans. En 1960, le finlandais se tournera alors vers l' électronique et la conception d' ordinateurs avant de fusionner quelques années plus tard avec une entreprise de... caoutchouc. 20 ans plus tard, NOKIA est alors le troisième fabricant de... téléviseurs d' europe avant de passer à la téléphonie mobile 5 ans plus tard avec le succès qu' on lui a connu. 7 ans plus tard il deviendra en effet le numéro un absolu du secteur, avant que... l' Iphone ne débarque...

 

Le groupe finlandais a donc toujours réussi à s' en sortir, même si NOKIA est devenu un énorme " paquebot " bien difficile à manoeuvrer avec ses 137 000 salariés dans le monde. Le rapprochement avec MICROSOFT peut donc conduire à un nouveau succès, ou un... désastre... Personne ne peut le dire actuellement. La réponse dans quelques années...

GGGGGGGGGG.jpg

 

www.zone-trading.com

 

Repost 0
Published by zone-trading - dans ECONOMIE
commenter cet article
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 21:25

Le puissant courtier américain MF GLOBAL a déposé son bilan pas plus tard qu' aujourd' hui. C' est essentiellement son exposition à la dette européenne qui aura eu raison du groupe américain. Le placement du courtier sous la protection du chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites fait entrer de plein pied MF GLOBAL dans le top 10 des plus grosses faillites intervenues depuis 1980. La chute du courtier n' aura finalement pas duré bien longtemps. Il aura en effet fallu moins d' une semaine pour que le groupe s' écrase, conséquence de paris plus que risqués sur la dette de cette bonne vieille zone-merdique à souhait-qu' est l' europe. Le groupe de New-York, déjà bien malmené l' été dernier, avait déjà évoqué à cette époque son exposition particulièrement problèmatique à l' endroit de la dette publique européenne, et ce à hauteur de près de 6.5 milliards de dollars dont plus de la moitié sur l' Italie et l' autre sacré brebis galeuse qu' est l' Espagne; MF GLOBAL a bien tenté, en vain, de sauver les meubles le week-end dernier en recherchant d' éventuels repreneurs pour tout ou au moins partie des ses actifs. Ce fût peine perdue. Le groupe est donc une des premières victimes majeures de la crise européenne, ce qui, dans de moindres proportions, n' est pas sans rappeler la faillite de LEHMAN BROTHERS. Cette faillite signe aussi la fin de Jon Corzine, PDG du groupe, qui crie depuis des années qu' il deviendrait une sorte de " mini Goldman Sachs ". Il faudra donc repasser pour le coup. Cet " ancien " de Goldman Sachs avait pris en mains les rênes du groupe en mars 2010, après avoir été gouverneur démocrate d' un état américain. Son son égide, le groupe s' était modifié à plus d' un titre en se diversifiant jusqu' à devenir une véritable banque d' investissement qui allait donc " investir ", ou plutôt " parié " à outrance sur la dette la plus merdique qui soit, à savoir celle concernant l' europe. L' europe reste cet endroit merdique où il ne faut jamais mettre les pieds comme le disait encore peu un des plus grands banquiers de Wall Street...

dbpix-jon-corzine-mf-global-tmagArticle.jpg

www.zone-trading.com

 

 

Repost 0
Published by zone-trading - dans ECONOMIE
commenter cet article
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 20:49

SARKOZY se réjouit toujours trop vite, c' est l' un de ses trop nombreux défauts. Après le sommet européen de la semaine dernière, ce dernier n' avait pû-comme toujours-s' empêcher de crier victoire. La crise de l' euro était désormais derrière nous, c' était une certitude. Aujourd' hui, après l' annonce d' un référendum en Grèce, tout est à refaire... La situation est même encore pire. Le président, paniqué, a donc réuni en urgence ses principaux ministres à l' Elysée pour une réunion de crise. Pris de court, il a tenté de faire bonne figure en signifiant que l' accord de Bruxelles était la solution viable pour la Grèce. En coulisses, c' est pourtant la panique. Tous les plans de SARKOZY sont désormais bouleversés, qu' il le veuille ou non. Et à deux jours du G 20, force est de constater que cela tombe vraiment au plus mal. La situation politique du moment est donc au plus mal après l' annonce surprise d' un référedum grec que le monarque français n' avait absolument pas envisagé. Le " SUPER " plan de sauvetage de la zone euro prend l' eau de toutes parts ce soir. SARKOZY, toujours avec ses certitudes très mauvaises conseillères, a pris l' initiative-en urgence-de réunir Angela, mais aussi le FMI et... le premier ministre grec qui va donc sérieusement se faire " remonter le cul ". Et dire que jeudi dernier, SARKOZY faisait le " tintin " à la TV en évoquant la réussite absolue du plan de sauvetage de la brebis galeuse européenne. SARKOZY se voyait pourtant déjà arrivé en héros des temps modernes à Cannes. La sortie de crise n' est donc toujours pas au rendez-vous. Tous les " efforts " déployés par notre bon vieux président tombent donc à l' eau ce soir. SARKOZY comptait aussi beaucoup sur Cannes pour se refaire une santé, notamment dans la perspective des prochaines présidentielles. Il comptait se positionner comme le sauveur absolu de l' humanité. " Regardez, c' est moi le grand sauveur de l' Europe... " Mais une fois encore, SARKOZY a mis la charrue avant les boeufs en se réjouissant beaucoup trop vite, et en n' ayant même pas envisagé une seule seconde que le crétin de Papandréou tenterait un ultime coup de poker avant d' être radié du système. Du " comique ", rien que du " comique ", une fois de plus...

 

www.zone-trading.com

 

Repost 0
Published by zone-trading - dans ECONOMIE
commenter cet article
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 19:40

L' Europe est au bord du gouffre. Bon, ce n' est pas vraiment nouveau. A deux jours du " G vain " de Cannes, un nouveau vent de panique a envahi les places financières. Le CAC termine en effet sur un " superbe " repli de... 5.38 % ! Du lourd donc, du très lourd même. En cause-notamment-la décision de l' imbécile heureux qu' est Papandréou qui a donc décidé de convoqué un reférédum sur le nouveau plan européen de renflouement de son pays " merdique ". Les marchés, mais aussi les politiques n' ont pas vraiment compris, et ont donc fortement réagi, même si tout ceci est finalement assez prévisible. La dernière décision prise à l' endroit de la Grèce était effectivement assez ridicule. Seul l' illustre SARKOZY pouvait oser croire son à son succès. Ce dernier évoluant toujours dans le monde merveilleux des bisounours. A Athènes, autant dire que c' est la panique sur les boulevards. L' opposition crie au loup après la décision de Papandréou, accusant celui-ci de jouer avec l' avenir du pays. La classe politique grecque accuse le premier ministre grec de vouloir " suicider " son pays plutôt que de se retirer. Mais là-bas comme ici, un " politique " ne s' avoue jamais vaincu et préfère donc tout faire " péter " sur son passage plutôt que d' avouer qu' il a failli. Voilà qui traduit donc bien la mentalité déplorable des politiques. Le scrution qui n' aura vraisemblablement pas lieu avant janvier prochain risque donc bien de mettre de nouveau le feu aux poudres comme on a commençé en s' en apercevoir dès aujourd' hui. Dans ces conditions on voit donc mal comment on va pouvoir éviter une nouvelle crise de l' euro. Le " gros " SARKOZY est évidemment en panique à l' heure qu' il est, tout comme la " grosse " Angela. Ces deux illustres rêveurs n' ayant probablement pas imaginer un tel scénario, même dans leurs pires cauchemars. Autant dire que le plan de sauvetage n' est plus. Comme à l' accoutumé, tout ceci est pour le moins " comique ".

CAC-40-INDEX-copie-75.png

 

www.zone-trading.com

 

Repost 0
Published by zone-trading - dans CAC 40
commenter cet article
27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 17:41

La " mascarade " est arrivée à son terme. Les marchés sont enfin " rassurés ". Tout va bien dans le meilleur des mondes. Comme par enchantement, la Grèce obtient une belle ristourne de 50 % sur le montant astronomique de sa dette souveraine. Le " miracle " a donc eu lieu. En fait, il s' agit du gagner du temps en espérant que la Grèce puisse un jour s' en sortir. Cet espoir a cependant de fortes chances de rester vain. 50 % de ristourne ou rien ne change en effet pas grand chose à la problèmatique. Le problème à l' endroit de la Grèce reste en effet entier à plus d' un titre. La croissance de cette " brebis galeuse " restera toujours aussi " merdique " dans les années à venir, et le " gros " Papandréou continuera à dormir comme il le fait depuis des mois. Ce dernier n' a en effet pas pris la moindre mesure pour tenter de réduire sa vulnaribilité. Lui aussi croit au miracle. On continue donc de tourner en rond. Mais pour l' heure, ce sont évidemment les marchés qui en profitent. Ceux-ci n' ont en effet qu' une vision à court terme, et les décisions à venir sont donc parfaitement convenables. Durant les prochaines semaines, le rebond du moment a donc toutes les chances d' être encore significatif, d' autant que les marchés ont été sérieusement " survendus " au cours des derniers mois.

 

Dans le détail, le CAC termine donc sur une solide hausse de près de 6.5 %. A plus de 6.28 % de progression exactement, le CAC clôture à 3368 pts, à savoir donc au dessus de la résistance pertinente du moment. Cette dernière correspond en fait au support du 25 mai 2010 visible sur le graphique " daily " ci-dessous. Une sérieuse épine a donc été ôtée.

CAC-40-INDEX-copie-74.png

 

www.zone-trading.com

 

Repost 0
Published by zone-trading - dans CAC 40
commenter cet article